Sevragebenzo

Un site utilisant unblog.fr

 

Bientôt la fin du sevrage 16 juillet 2013

Classé dans : Mon histoire — sevragebenzo @ 10 h 54 min

Je devais terminer mon sevrage fin avril… Je pensais pouvoir diminuer d’une goutte toutes les semaines jusqu’au bout…

Malheureusement, je me suis vite aperçu que j’allais beaucoup trop vite dans mon sevrage.

En effet, l’anxiété,  les crises d’angoisse, les sensations d’étouffement, les peurs irrationnelles, les douleurs musculaires (cou, dos) et articulaires (mains) sont revenues avec force et j’ai du ralentir le rythme pour atténuer tous les symptômes.

A partir de 4 gouttes de Lysanxia (soit 2 mg), le sevrage est devenu un véritable enfer et je ne pouvais plus diminuer par goutte entière.

Je suis donc passé de 4 gouttes à 3,5 gouttes puis à 3 gouttes. Malgré tout, les symptômes de sevrage étaient toujours présents.

A ce moment là, je pensais ne jamais pouvoir terminer ce sevrage tellement c’était dur. J’ai failli craquer plusieurs fois et reprendre une dose plus importante de Lysanxia pour aller mieux. Malgré toutes ces souffrances, j’ai tenu.

Je suis donc resté à une dose de 3 gouttes durant 3 semaines pour me stabiliser un peu et là, les symptômes ont commencé à s’atténuer. Les angoisses sont devenues moins fréquentes et moins intenses.

A partir de 3 gouttes, j’ai fait des diminutions par 1/4 de goutte tous les 14 jours. Depuis, les angoisses sont devenues moins importantes, mes peurs (notamment la peur de sortir de chez moi) sont moins présentes et j’arrive enfin à passer des journées voire parfois plusieurs journées sans anxiété. Et surtout, je commence à redevenir moi même.

J’ai encore quelques moments où je sens qu’une crise d’angoisse arrive mais elle repart assez rapidement comme elle est arrivé !

Aujourd’hui, je suis à 1,5 gouttes. Encore deux ou trois diminutions, et j’aurais terminé ce sevrage.

Il me restera alors à gérer le post sevrage qui je l’espère sera moins dur que le sevrage.

J’en suis maintenant convaincu, la lenteur du sevrage est la clé de la réussite. Vouloir aller trop vite expose à de réelles souffrances.

 

 

Début Février 5 février 2013

Classé dans : Mon histoire — sevragebenzo @ 11 h 22 min

En ce début de mois de Février et aprés 6 mois de sevrage, je suis à une dose de 6 mg de Lysanxia par jour (j’étais à une dose de 20 mg en début de sevrage).

Je continue à diminuer de 0,5 mg (soit une goutte) par semaine.

Mes crises d’angoisse sont moins intenses et moins fréquentes mais j’ai toujours cette anxiété latente qui ne me quitte pas (boule dans la gorge, noeud au ventre et toujours la peur qu’une nouvelle crise d’angoisse arrive!).

J’ai toujours aussi peur de sortir de chez moi, même si je me force à le faire et si la plupart du temps, tout se passe relativement bien.

Je pense que la phytotéhrapie et les exercices de relaxation et de respiration m’aident à surmonter cette épreuve du sevrage et rendent les symptômes gérables.

Si tout se passe bien, je devrais avoir terminé le sevrage dans trois mois, j’appréhende la phase finale du sevrage (à savoir, les 5 derniers mg de Lysanxia) et la phase de post – sevrage.

Cette épreuve est certes difficile à vivre mais elle n’est pas insurmontable si le sevrage est fait lentement et si l’on souhaite vraiment se débarasser de cette drogue.

 

 

 

 

Mes symptômes de sevrage

Classé dans : Mon histoire,Symptômes de sevrage — sevragebenzo @ 10 h 58 min

Voici la liste des symptômes qui sont apparus depuis le début de mon sevrage :

- Anxiété (avec parfois crises d’angoisse)

- Agoraphobie

- Hypocondrie

- Gout métallique dans la bouche (comme un goût de sang)

- Saignement des gencives

- Acouphènes

- Cauchemars et rêves intenses

- Agitation (colère, rage)

- Fatigue

- Douleurs musculaires (cou, dos) et articulaires (mains)

- Sensation d’étouffement et sensation de « boule » dans la gorge (lié à l’anxiété)

- Toux séche, irritante

 

 

Les fleurs de Bach : une aide dans la gestion des émotions 22 novembre 2012

Classé dans : Aide au sevrage,Liens utiles — sevragebenzo @ 19 h 17 min

Les fleurs de Bach : une aide dans la gestion des émotions dans Aide au sevrage imagesca9w1gb5

Les fleurs de Bach peuvent apporter une aide dans la gestion de nos émotions durant la période de sevrage.

Ainsi, le « rescue remedy » peut être utile lors d’attaques de panique ou de crises d’angoissse.

Il est également possible de faire un traitement de fond sur quelques mois afin de réequilibrer nos émotions.

Les fleurs de Bach les plus utiles au cours du sevrage sont :

- Rock rose : pour vaincre les angoisses extrêmes et les crises de panique

- Star of Bethlelem : suite à un choc physique ou émotionnel (notamment, suite à une attaque de panique qui peut être vécu comme un stress post traumatique)

- Agrimony : pour vaincre l’anxiété

- Aspen : pour vaincre les peurs imprécises

- Mimulus : pour vaincre les peurs de choses bien précises (comme les peurs de crises d’angoisse)

Vous trouverez les fleurs de Bach dans les boutiques bio ou sur Internet avec des compositions qui peuvent être faites sur mesure (s’assurer de l’agrément de la fondation Bach).

Ci-dessous, un lien vous permettant de connaître les différentes fleurs de Bach et les propriétés de ces dernières.

http://www.abc-fleurs-de-bach.fr/liste-fleurs-de-bach/

 

 

 

Gérer l’angoisse et l’anxiété par la respiration et la relaxation

Classé dans : Aide au sevrage — sevragebenzo @ 15 h 26 min

Afin de gérer les crises d’angoisse et de diminuer l’anxiété au cours du sevrage, j’utilise deux techniques quotidiennement.

– La respiration complète :

Gérer l'angoisse et l'anxiété par la respiration et la relaxation dans Aide au sevrage respiration-complete-2-300x265

Inspirez lentement en gonflant le ventre puis dirigez l’air en soulevant légèrement la poitrine et enfin terminez l’inspiration en dirigeant l’air vers les épaules.

Gardez l’air quelques secondes.

Expirez lentement en laissant tomber les épaules, puis finissez l’expiration en rentrant le ventre.

Vous pouvez faire cet exercice pendant quelques minutes et plusieurs fois par jour.

Cette technique est trés utile lors des crises d’angoisse et permet de diminuer l’anxiété.

 

– La relaxation (training autogène de Schultz) :

relaxation-300x200 dans Aide au sevrage

Dans un endroit calme, allongé sur le dos, vous devez vous concentrer sur la lourdeur de toutes les parties de votre corps (l’une après l’autre, en commençant par les bras, les épaules, la tête, le dos puis les jambes). Vous ressentirez alors cette sensation de lourdeur au bout de quelques minutes (une fois que vos muscles seront totalement relâchés).

Aprés cette sensation de lourdeur, vous devez vous concentrer sur la sensation de chaleur dans tout votre corps. Vous ressentirez alors cette chaleur par vague ou en continue.

Vous restez ainsi pendant 15 ou 20 minutes et vous laissez votre esprit partir là où il le souhaite…

Ces sensations de lourdeur et de chaleur n’arrivent pas dès la première séance.

C’est la raison pour laquelle, il convient de faire des séances quotidiennement. Au bout de quelques jours, vous ressentirez alors ces différentes sensations.

Ces séances de relaxation sont trés utiles pour gérer l’angoisse et limiter l’anxiété.

 

 

 

Méthode de sevrage

Classé dans : Méthode de sevrage — sevragebenzo @ 14 h 05 min

Afin d’éviter des symptômes de sevrage trop important et d’après le manuel du Professeur Ashton, il convient de faire une diminution de 10% de votre dose en cours tous les 15 jours.

Dans ce manuel, vous trouverez des exemples de sevrage lent (cf. catégorie « Liens utiles »).

Il est possible d’adapter cette règle en fonction des symptômes que vous rencontrerez au cours de votre sevrage. Certaines personnes pourront aller plus vite, tandis que d’autres devront aller encore plus lentement dans leur sevrage.

 

 

 

La phytothérapie pour décrocher des anxiolytiques

Classé dans : Aide au sevrage,Liens utiles — sevragebenzo @ 13 h 28 min

La phytothérapie pour décrocher des anxiolytiques dans Aide au sevrage 1268211480passiflore

 

 

Depuis le début de mon sevrage, je prends de la Passiflore et de l’aubépine. Ces deux plantes ont des vertues anxiolytiques et sont généralement utilisées lors d’un sevrage de benzodiazépines.

Vous découvrirez en cliquant sur le lien ci-dessous, les différentes plantes qui aident à gérer l’anxiété et qui peuvent être utiles lors du sevrage.

http://www.anxiolytiques.net/anxiolytiques-naturels/les-plantes-pour-decrocher-des-anxiolytiques/

 

 

Extrait du Magazine de la santé (France 5)

Classé dans : Liens utiles — sevragebenzo @ 13 h 10 min

Ci-dessous, un extrait du Magazine de la santé sur France 5 relatif à la dépendance aux anxiolytiques.

Image de prévisualisation YouTube
 

 

Les symptômes de sevrage

Classé dans : Symptômes de sevrage — sevragebenzo @ 12 h 58 min

Symptômes de sevrage aigu

Ces symptômes apparaissent au cours du sevrage et quelques temps (plusieurs semaines) après la fin du sevrage.

Evidemment, vous ne souffrirez pas de tous ces symptômes. Au cours du sevrage, certains symptômes vont et viennent avec une intensité plus ou moins forte au cours d’une même journée et au cours des semaines de sevrage.

Le symptôme le plus présent étant une anxiété importante.

Acouphènes

Agitation

Agoraphobie

Agressivité

Akathisie

Anxiété

Apathie

Ataxie (trouble de la coordination des mouvements)

Attaques de panique

Bouffées de chaleur

Cauchemars

Manque de souffle

Constipation

Convulsions (en cas de sevrage brutal)

Démangeaisons, peau sèche

Dépersonnalisation

Dépression

Déréalisation

Diarrhée

Distorsion de l’image corporelle, perceptions faussées

Douleurs dentaires

Dysphorie

Excitabilité

Faiblesse musculaire, « jambes en coton »

Fasciculations

Formication

Goût métallique dans la bouche

Hyperacousie (hypersensibilité au son)

Hypersensibilité sensorielle

Hyperosmie (odorat sensible)

Hyperthermie

Hyperventilation

Insomnie

Irritabilité

Nausées

Nervosité

Obsessions

Palpitations cardiaques

Pensées intrusives

Perte de poids (peut être très rapide)

Perturbations sensorielles

Photosensibilité

Prise de poids

Rage irrationnelle

Sensation de brûlure au niveau du cuir chevelu

Sensation de choc électrique à travers le corps

Sensation d’étouffement

Sensation d’inconfort et d’oppression dans la poitrine

Spasmes (habituellement musculaires)

Sueurs, suées nocturnes

Symptômes psychotiques (habituellement temporaires et limités au sevrage rapide)

Tremblements

Vomissements

 

Symptômes de sevrage “Cold Turkey” (arrêt brutal)

Les symptômes suivants sont en général limités au sevrage par arrêt brutal ou au sevrage rapide à partir de doses élevées de benzodiazépines :

Crise d’épilepsie

Confusion

Convulsions

Délire

Hallucinations

Symptômes psychotiques

 

Symptômes de sevrage prolongé

Certaines personnes peuvent développer des symptômes de sevrage prolongé qui peuvent durer des mois après la fin du sevrage.

Les symptômes de sevrage prolongé apparaissent surtout lorsque le sevrage a été réalisé trop rapidement.

Acouphènes

Anxiété

Apathie

Asthénie

Ataxie

Blépharospasme (saut de muscle de la paupière)

Brûlures d’estomac

Changement de couleur de l’iris

Constipation (alternant souvent avec la diarrhée)

Convulsions myocloniques (spasmes des muscles / des nerfs)

Crampes d’estomac

Crampes musculaires

Démangeaisons et douleurs des yeux

Dépersonnalisation

Dépression

Déréalisation

Déshydratation

Diarrhée (alternant souvent avec la constipation)

Douleurs articulaires

Douleurs dentaires

Douleurs dorsales

Douleurs mammaires

Dysphagie (gêne ou blocage de la déglutition)

Envies irrépressibles (« cravings »)

Faiblesse (des muscles et des os)

Fasciculations

Fatigue

Formication (sensation d’avoir des insectes rampant sur la peau)

Fluctuations de la tension

Fluctuations de la libido

Gastrite

Hyperacousie

Hyperesthésie (hypersensibilité sensorielle)

Hyperosmie

Infections fongiques (du type candidose)

Insensibilité de la peau

Insomnie

Irrégularité menstruelle

Kakosmie (impression de sentir des odeurs nauséabondes)

Leukonychie (coloration des ongles par tâches blanches)

Maux de tête sévères

Nausée

Oedèmes (habituellement des chevilles ou du visage)

Oesophagite

Palpitations cardiaques

Paresthésies (engourdissement, brûlures et picotement, douleurs d’aiguilles)

Perte de cheveux

Perte de concentration

Perte de mémoire à court terme

Perturbations visuelles (vision floue, double, ou images très vives, éclatantes)

Problèmes neurologiques (anesthésie topique)

Pupilles minuscules

Réactions allergiques

Regard vitreux

Rétention d’eau

Rigidité musculaire

Sensation de choc électrique dans le corps

Sensation de brûlure dans la colonne vertébrale

Sinusite

Soif

Spasmes musculaires

Symptômes grippaux

Tension musculaire anormale

Toux sèche, irritante

Transpiration excessive et suées nocturnes

Tremblements

Troubles de l’équilibre (le sol semble bouger sous les pieds)

Troubles urinaires (vessie hyperactive / ou le contraire)

Vertige

Vomissements

 

 

Manuel du Professeur Ashton

Classé dans : Liens utiles — sevragebenzo @ 11 h 47 min

Vous trouverez ci-dessous un lien vous permettant d’accéder au manuel du Professeur Ashton où vous trouverez des informations concernant le fonctionnement des benzodiazépines, la liste des symptômes de sevrage et différentes méthodes de sevrage.

http://www.benzo.org.uk/freman/bzcha03.htm

 

 

12
 
 

Troubles Neurovisuels |
Pharmanono |
Le blog de Jacques Le Houezec |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Buriram123
| Acupuncturecommunautaire
| Bypassgmil